Articles

La Journée de l’Audace Samedi 25 Avril 2015

Que vous soyez entrepreneur, créateur d’entreprise ou chercheur d’emploi, cette journée est faite pour vous !
Elle va booster vos affaires et vos projets !
10 intervenants qui vont vous donner des ailes !
Réservez d’ores et déjà la date du 25 avril 2015, plus d’infos d’ici peu !

La journée de l’audace c’est quoi ?

Rassembler en une journée 10 intervenants autour de l’audace, de l’identité et la confiance en soi, c’est exceptionnel et… audacieux !
Sans oublier nos partenaires TOUL’EMPLOI, ASKA ÉDITIONS ET SOCIAL MEDIA PRO qui rendent cet événement possible.

Quelles sont les qualités requises au succès et surtout… à développer cette audace qui fait certains réussir où d’autres échouent ?

Cette journée, rythmée par des intervenants de marque, vous apportera de nouveaux outils, ils vous lanceront de nouveaux défis, vous inviterons à découvrir de nouvelles ressources enfouies en vous ou à développer celles que vous ne connaissez pas encore.
Pour qui ?

Que vous soyez entrepreneurs, chef d’entreprise, responsable commercial, cadre, créateur d’entreprise ou sans emploi, cette journée est faite pour vous !

Pour certains les temps sont moroses, pour d’autres, nous vivons dans un contexte économique et social particulièrement tendu où il ne fait pas bon entreprendre.

Cependant, la France est l’un des leader dans les start up et entreprises innovantes au monde !

Il est temps d’être audacieux !
#JournéeAudace

Au programme, 10 intervenants :

Hervé TCHDRY
L’identité l’élément clé de votre réussite.

L’identité est le socle le plus important dans la construction de votre vie.
Etre enfin soi même. Se réaliser dans la réalité. Etre dans le quotidien le plus authentique et le plus indéfectible. Enfin affronter toutes les situations sans aucune peur.

Isabelle DARGENT
Tétraplégique rebelle !

Danseuse semi professionnelle à 24 Ans, Isabelle devient, suite à un accident de voiture, tétraplégique.
Elle va alors découvrir ses limites, mais surtout les capacités insoupçonnées et le courage dont elle croyait manquer.

Christophe GODFRIAUX
Booster votre puissance relationnelle.
La relation prévaut sur le contenu.
Sans bonne relation, pas de business, pas de négociation, pas de développement possible. Boostez votre puissance relationnelle en comprenant ce qui anime une relation et nourrissez votre vie, votre business et votre bonheur au quotidien. Établissez, enrichissez et animez consciemment vos relations en comprenant comment ça se passe à l’intérieur. Développez votre puissance relationnelle.

Isabelle CALKINS
Et si vous appreniez à vous faire confiance ?
Isabelle Calkins
La confiance en soi n’a jamais été autant célébrée mais elle demeure mystérieuse, presque insaisissable.
Pourtant, chacun peut la convier dans sa vie, chacun doit la convier dans sa vie. Car la confiance en soi constitue l’ingrédient indispensable pour réaliser ses rêves, pour accomplir le destin que l’on s’est imaginé. Elle permet la réalisation du meilleur de soi-même. Une présentation enthousiasmante !

Richard De WEVER
Croire oui ! Mais croire en quoi ?
« Monsieur tout le monde », tout était tracé pour lui. Mais rien ne c’est passé comme prévu.
Conditionné dans le sport, les études ne faisant pas partie de ses passions, sans oublier un entourage qui le réconforté dans ce sens « Tu n’arriveras jamais à rien ! ».

Et un jour, l’accident qui change tout. Chance ou Malchance ?
Comment un événement qui aurait pu anéantir une vie, l’a transformé ?

Aujourd’hui Richard de Wever est Coach en Développement Personnel et Professionnel, Formateur et Consultant il associe ce qu’il a appris dans le sport de haut niveau avec différentes approches d’accompagnements.
Chaque jour est un « cadeau ».
Il partagera avec vous son secret « Cultiver ses Croyances ».

Zuzana CHROMA
Leadership féminin – le peps des femmes qui réussissent
Zuzana Chroma
Associée de la Fondation Napoléon Hill, co-fondatrice de Aska Éditions.
Zuzana s’est passionnée depuis près de 15 ans aux différentes approches de l’accomplissement personnel et s’est lancée très tôt en tant que créatrice de valeur au sein de sa communauté.

Après voir tenu un journal en Slovaquie ainsi qu’une société d’import export d’articles de mode, elle a suivi une formation intensive basée sur les enseignements des grands leaders et mentors d’Amérique tels que Napoléon Hill et Brian Tracy. Aujourd’hui elle aide les femmes désireuses d’entreprendre à changer le monde de demain en les aidant à intégrer les valeurs du leadership féminin.

Yannick ALAIN
Avoir du succès sans bagages ni études… C’est possible !
Coach, formateur et conférencier en stratégies d’excellences pour professionnels de la vente.
Sans études ni prédispositions au commerce, Yannick à su grâce à ses qualités relationnelles et son talent de commercial se hisser tout au long de sa carrière vers les plus hauts postes à responsabilité de la fonction commerciale.
Commercial a 22ans, directeur commercial a 26, et aujourd’hui directeur général d’une société réalisant plusieurs millions d’euros.
Yannick vous livrera avec beaucoup de générosité et de simplicité toutes les astuces qui ont fait son succès.

Sergio LAUBARY
L’enthousiasme et le désir ardent selon Napoléon Hill
Editeur cofondateur de Aska Éditions et spécialiste francophone de Napoléon Hill.
Comédien de formation, il apporte une touche artistique et créative aux textes des grands auteurs, comme Napoléon Hill ; c’est lui qui interprète la voix de ce dernier dans le livre audio « Plus malin que le Diable » et traduit chacun des poèmes des ouvrages d’Aska Éditions.

Comment faire pour éveiller une motivation qui vous suive partout à chaque instant ? L’entretenir ou l’activer lorsqu’elle vient à vous faire défaut ? Pour la plupart des gens l’enthousiasme dépend de circonstances extérieures, ils sont enthousiastes quand ils ont une bonne raison de l’être.
En illustrant ce concept clé de la philosophie du succès de Napoléon Hill, je vais vous permettre de mieux appliquer ces lois qui vous donneront du cœur à l’ouvrage dans chacune de vos actions.

Michel POULAERT
L’audace de l’optimisme.
Conférencier professionnel expert en optimisme et leadership positif, intervenant accrédité par la Ligue des Optimistes, membre de l’Association Française des Conférenciers Professionnels et de la Global Speakers Federation.
Avec les temps qui courent, être, devenir ou rester optimiste est-il réaliste ?
Quelles sont les puissances de l’optimisme ?
La science de l’optimisme, les recherches et découvertes qui nourrissent l’optimisme
Qu’est-ce qu’un leader positif ?
Vous ne resterez pas indifférent à son énergie communicative.

Les 5 plus grands regrets des personnes avant de mourir.

Une infirmière a accompagné de nombreuses personnes en fin de vie durant leurs derniers jours et a été témoin de leurs derniers regrets.

Elle a rassemblé toutes ces déclarations pour y déceler les 5 plus grands regrets des personnes avant de mourir.

En s’occupant pendant plusieurs années de patients en fin de vie, l’infirmière australienne Bronnie Ware a décidé de rassembler dans un livre les dernières déclarations, les derniers souhaits et regrets des personnes qu’elle a accompagnées jusqu’à la mort.

Voici les 5 plus grands regrets des personnes avant de mourir

1. « Je regrette de ne pas avoir eu le courage de vivre ma vie comme je le voulais et pas celle que les autres voulaient pour moi »

« Quand les gens se rendent compte que leur vie est presque terminée et qu’ils la regardent avec clarté, il est facile de constater combien de rêves n’ont pas été réalisés. La plupart des gens n’ont pas réalisé la moitié de leurs rêves et doivent mourir en ayant conscience que cela est dû aux choix qu’ils ont faits, où qu’ils n’ont pas faits. C’est très important d’essayer de répondre à vos aspirations durant votre existence. Dès que vous perdez la santé, il est déjà trop tard. La santé apporte une liberté dont peu de gens ont conscience, jusqu’à ce qu’ils la perdent. »

2. « Je regrette d’avoir consacré trop de temps à mon travail »

Il semble que ce regret soit plus récurrent chez les patients masculins : « Ils n’ont pas vu leurs enfants grandir et n’ont pas prêté assez d’attention à leur compagne. Les femmes évoquent aussi ce regret. Mais les plus vieilles d’entre elles, pour la plupart, avaient été femmes au foyer. Tous les hommes que j’ai soignés regrettaient profondément d’avoir consacré une grande partie de leur existence à leur travail. »

« En simplifiant votre style de vie et en effectuant des choix conscients tout au long de votre existence, il devient possible de se départir du besoin de gagner toujours plus d’argent au détriment de votre temps. Et en créant plus d’espace dans votre vie, vous devenez plus heureux et plus ouvert à de nouvelles opportunités, de celles qui sont plus adaptées à votre style de vie. »

3. « Je regrette de ne pas avoir plus exprimé mes sentiments »

 Beaucoup de personnes ont étouffé leurs sentiments dans le but d’éviter les conflits avec leur entourage. En découlent des existences médiocres, avec des personnes qui n’ont jamais atteint leur plein potentiel. Beaucoup d’entre elles ont par la suite développé des maladies liées à l’amertume et au ressentiment qui résultaient de ces sentiments tus« , explique Bronnie Ware.

« Nous ne pouvons pas contrôler les réactions des autres. Cependant, même si les autres peuvent réagir avec une certaine virulence lorsque vous changez votre façon d’être en vous exprimant en toute franchise, cela finit par renforcer vos relations et à les rendre plus saines. Ou alors cela vous libère d’une relation malsaine qui pollue votre existence. Dans les deux cas vous êtes gagnant. »

4. « Je regrette de ne pas être resté en contact avec mes amis »

Bronnie Ware affirme que ses patients « ne réalisaient pas l’importance qu’avaient eu leurs vieux amis dans leur existence. Dans leurs derniers jours, il n’était pas toujours possible de les retrouver. Beaucoup étaient tellement pris par leur propre existence qu’ils ont laissé s’étioler des amitiés en or au fil des années. Ils avaient beaucoup de regrets par rapport au fait de ne pas avoir consacré le temps et les efforts nécessaires pour entretenir ces amitiés. Tous les patients regrettaient leurs amis lorsqu’ils étaient sur leur lit de mort. »

« Il est courant de laisser filer des amitiés dans nos vies bien remplies. Mais quand vous êtes confrontés à l’imminence de votre fin prochaine, les détails physiques de votre vie disparaissent. Les mourants veulent régler leurs affaires financières avant de s’en aller. Mais ce n’est pas l’argent ou le statut qui importent pour eux à ce moment là. Ils veulent tout mettre en ordre pour le bénéfice de ceux qu’ils aiment. A la fin, tout ce qui importe, c’est l’amour et les relations humaines. C’est tout ce qu’il reste dans les dernières semaines. »

5. « Je regrette de ne pas m’être autorisé à connaître le bonheur »

Un des regrets le plus partagé, à l’étonnement de l’infirmière. « Beaucoup ne se rendent compte que le bonheur est un choix qu’aux derniers moments de leur vie. Ils étaient tous empêtrés dans leurs vieilles habitudes. Dans la peur du changement, il s’étaient convaincus et avaient convaincu leur entourage qu’ils étaient heureux. Alors qu’au fond d’eux-mêmes, ils aspiraient à rire franchement, à avoir plus de folie dans leur vie. »

« Quand vous êtes sur votre lit de mort, ce que les autres pensent de vous est la dernière de vos préoccupations. Comme il est merveilleux d’être capable de lâcher prise et de sourire à nouveau, et ça bien avant que vous vous apprêtiez à rendre votre dernier souffle. La plupart ne réalisait qu’à la fin que le bonheur était un choix. La vie est un choix. C’est VOTRE choix. Choisissez consciemment, choisissez sagement, choisissez avec honnêteté. Choisissez le bonheur. »

Tout cela nous incite à profiter de chaque moment que la vie nous offre.

Je suis le créateur à 100% de tout ce qui m’arrive.

“Je suis le créateur à 100% de tout ce qui m’arrive”.

Cette phrase est pour  bon nombre de personnes, difficile a accepter est pourtant…

Si l’on considère que la source de ses problèmes provient des autres, on se trouve bloqué, impuissant et rapidement désespéré. C’est ce que l’on peut appeler plus communément “se placer en victime”. On attend qu’un sauveur vienne nous sauver. Ce qui, dans le monde actuel, peut prendre du temps ou même ne jamais arriver.

Bien sûr chacun est libre d’appréhender la vie comme il l’entend et d’interpréter ses expériences à sa façon. Il est important de  ne pas tomber à l’opposé dans la culpabilité ou la rancœur ou même dans la rancune vis-à-vis des autres et de soi-même. Car ces sentiments sont des acides qui rongent l’esprit et ils ne permettent pas de changer la situation.

A présent si l’on part du point de vue que la réalité est façonnée par nos pensées et donc que les situations rencontrées  sont le résultat de notre manière de penser et de réagir aux évènements nous pouvons avancer.

Il devient alors évident qu’en s’appropriant de manière objective et constructive les évènements nous pouvons plus facilement agir dessus. Encore faut-il avoir envie de modifier notre manière de penser. Pour penser différemment il faut aussi voir et aborder les situations de la vie d’une manière différente.

Il ne suffit pas non plus de dire “oui c’est de ma faute” et de ne rien en faire. L’intérêt est d’en retirer une expérience qui permettra de faire différemment la prochaine fois, afin de ne pas renouveler ce qui n’a pas fonctionner.

Posez-vous cette question : Quels avantages ai-je à ne pas accepter que ce qui m’arrive est dû en partie ou totalement à moi ? Là encore le but n’est pas d’appuyer sur quelque chose qui fait déjà mal, mais plutôt d’accepter une situation, ou une conséquence d’action(s) afin de mieux la vire et la gérer.

“Une pensée entraîne, une émotion, qui entraîne un comportement qui donne un résultat”.

Ce qui est judicieux d’analyser ici, c’est de savoir si le résultat final est celui que vous espériez ? Si ce n’est pas le cas il y a certainement quelque chose  qu’il faut changer. Prenez du recul et regardez la situation sous un autre angle.

Il vous est possible de faire le chemin inverse, “Je veux ce résultat comment dois-je penser pour l’obtenir ?”. Évitez de penser négativement si vous ne voulez pas réagir avec la colère.

A vous de choisir la manière dont vous avez envie de penser !

4 clés pour penser différemment

« Un enfant qui renoncerait dés sa première chute n’apprendrait jamais à marcher ».

Il faut un certain temps pour assimiler ce que nous ne connaissons pas et l’intégrer dans notre vie. Au début, un effort de concentration sera nécessaire.

Un processus d’apprentissage est toujours le même, quel que soit le sujet abordé (conduite automobile, dactylographie, tennis ou pensée positive). Nous commençons prudemment, avançons à tâtons, car notre inconscient doit d’abord expérimenter ce qu’il ne connait pas. Plus nous répétons une pratique, plus elle devient facile, son assimilation aussi. Vous n’obtiendrez pas la perfection dés le premier jour cela va de soi, mais vous ferez votre possible.

  • Encouragez-vous : Répétez-vous souvent : « Je fais de mon mieux. »

Attention, utilisez cette phrase que si vous en êtes persuadé. L’objectif ne consiste pas à se convaincre en se rabâchant quelque chose pour y croire mais simplement se féliciter d’une action nouvelle menée à terme. Vous devez être clair avec vous-même.

  • Consolidez votre apprentissage : Afin de rendre votre apprentissage plus efficace, je vous suggère de :
  1. –          Méditer,
  2. –          Écrire vos affirmations positives et dites-les à voix haute,
  3. –          Exprimer votre gratitude envers vous-même,
  4. –          Exercez-vous et éprouvez du plaisir en vous exerçant,
  5. –          Faire des exercices de relaxation. Si vous ne mettez pas d’essence dans votre voiture elle ne roulera pas, il en est de même pour votre corps et votre esprit, si vous ne vous ressourcez pas vous ne pourrez pas leur demander le maximum de leur potentiel.
  6. –          Lire et étudier. Soyez curieux(ses)

 

  •  Débutez votre journée par des pensées positives : Quels sont les premiers mots que vous prononcez en vous réveillant ? Sont-ils positifs ou négatifs ? Si vous vous levez en vous disant par exemple « Encore une journée ! » Il y a de forte chance que votre journée se déroule comme vous l’avait prévu : Mauvaise !

 

  • Accordez-vous du temps : C’est la clé de tout, vous ne pouvez pas donner ce que vous n’avez pas. Bien évidemment je ne parle pas (matériel). Vous ne pouvez pas donner de l’énergie à quelqu’un si vous-même vous n’en n’avez pas, vous ne pouvez pas donnez de l’amour si vous ne vous aimez pas et ceci est valable dans des tas de domaines.

 

En voulant donner ce que vous ne possédez pas, vous pensez vous faire du bien mais en réalité vous focalisez sur les soucis de l’autre pour oublier les vôtres. Et surtout vous vous épuisez avant même d’avoir pensé un instant à vous.

Pratiquez l’égoïsme sain : Servez-vous d’abord pour mieux servir l’autre.

Pensez positifs vous n’en serez que mieux !

Comment tenir vos résolutions ?

Saviez- vous que 95 % des gens qui prennent des résolutions, que ce soit à la nouvelle année, avant l’été, à la rentrée, ne les suivent jamais. Tout simplement car le processus pour produire des résultats durables n’est pas mis en route.

La plupart du temps c’est la première action qui n’arrive jamais. Gardez toujours en tête le “MOMENTUM”, qui consiste à mettre en route la balle en mouvement. Une fois que vous commencez à travailler dans un domaine particulier et que vous gardez l’énergie, vous allez commencer à obtenir des résultats, et les résultats se nourrissent d’eux mêmes !

La première question à se poser est la suivante : Quel est le bon moment pour commencer ? Quand vous avez décidé que c’était le MOMENT (nouvelle année, avant l’été ….) il est impératif de mener la première action MAINTENANT.

Ne quittez jamais  l’endroit où vous avez fixé votre objectif sans poser d’action concrète.

  • Passer un coup de fil,
  • Envoyer un mail,
  • Prendre un rendez-vous,
  • Faire ce qu’il faut pour mettre la balle en mouvement.

Tout cela est possible à condition de respecter quelques points fondamentaux.

– Se fixer un objectif (résolution) SMART

  • Spécifique : Que voulez-vous exactement ? Soyez précis.
  • Mesurable : Un objectif n’a aucun sens si vous ne pouvez pas déterminer objectivement si vous l’avez atteint.
  • Accessible : Un objectif doit représenter un défi tout en restant réalisable.
  • Réaliste : Cet objectif correspond bien à ce que vous recherchez ?
  • Temporellement défini : Quand l’objectif devra-t-il être atteint ?

– Afin de répondre au mieux à ces questions et fixer un objectif qui vous correspond, posez-vous cette question : Où j’en suis aujourd’hui (maintenant) par rapport à l’objectif  que je souhaite me fixer ? Une réponse faussée ou irréaliste pourrait entrainer un objectif non adapté.

– Une fois que votre objectif SMART est posé (a l’écrit), réfléchissez à ce qui pourrait vous empêcher de l’atteindre. Anticiper les freins avant, permet lors des moments les plus difficiles de rester concentrer sur votre objectif et non sur les solutions à trouver.

Voici quelques astuces supplémentaires qui peuvent vous aider :

  • Soyez clair(e) et précis(e), une résolution évasive a peu de chance d’être tenue sur du long terme,
  • Soyez certain(e) de ce que vous voulez,
  • Soyez focalisé(e) sur ce que vous souhaitez,
  • Soyez engagé(e) dans votre démarche
  • Soyez propulsé(e) (entouré(e) de personnes qui vous soutiennent dans cette aventure)
  • N’oubliez pas de vous féliciter lorsque vous êtes satisfait de vos efforts.

Peut-être que la première des choses est tout simplement de garder en tête la notion de PLAISIR.

A vos résolutions !